09 April 2020

Ca bouge chez Enersol - Interview Sébastien Dorthu

Chez Enersol, Sébastien fait partie des meubles ! Il a vécu l’évolution de la société et s’est forgé, au fil des années, une solide expérience dans la vente et le conseil client au sein de l’entreprise.
Rencontre avec un collègue bien dans ses baskets et jamais avide de conseils et de nouveaux apprentissages.

  1. Raconte-nous en deux mots ton parcours chez Enersol

J’ai débuté mon aventure chez Enersol il y a 11 ans, en tant que 1er technico-commercial en charge du développement du marché du photovoltaïque auprès des particuliers et des entreprises. De 15 personnes au départ, nous sommes rapidement passés à 45 afin de répondre à la demande toujours grandissante. A l’époque, je réalisais jusqu’à 10 rendez-vous par jour contre 4 à 5 aujourd’hui. Ce furent les années folles du photovoltaïque, très enrichissantes pour moi, car j’ai eu la chance de voir et d’aider une petite entreprise à se hisser au rang de PME.

En 2012, le marché a connu la fin des certificats verts, ce qui a engendré une forte diminution des ventes aux particuliers. Cependant, nous avons pu compter sur une augmentation des ventes industrielles. Lors de cette période de turbulences, nous en avons profité pour développer le marché industriel et pour acquérir de nouvelles compétences sur les batteries, les bornes de recharge, les pompes à chaleur, la ventilation ainsi que d’autres techniques propres au bâtiment.

Après 9 ans, la direction m’a proposé de me consacrer pleinement au marché des entreprises et plus particulièrement, aux solutions énergétiques globales reprenant le photovoltaïque, la mobilité électrique et l’éolien. J’occupe toujours cette fonction aujourd’hui, dans laquelle je m’épanouis pleinement.

Mes 11 années en quelques chiffres :

  • Nombre de chantiers vendus : 1.798 => 1 chantier vendu tous les 2 jours depuis 11 ans
  • Nombre de panneaux placés : 35.967 => mis côte à côte, c’est 1,5 x le tour de la terre !
  • Surface totale des panneaux placés : 61.132 m² = 235 terrains de tennis
  • Km parcourus en véhicule traditionnel : 535.467 km = 13,3 x le tour de la terre
  • Km parcourus en véhicule 100% électrique (depuis peu) : 19.211 km
  • Quantité de café bu : 719 litres
  • Nombre de morsures de chien : 1
  • Nombre de fois où je suis descendu dans une cave et où j’ai cru que je ne remontrais jamais : 3
  • Nombre d’accidents de voiture en droit : 4
  • Nombre de voitures hors service : 1 (15 jours après ma prise de fonction, j’ai cassé le moteur de ma 1ére voiture Enersol (une Smart) car je n’avais pas vu une fuite d’huile.
  1. En 11 années, la société s’est considérablement agrandie. Comment as-tu vécu cette évolution ?

J’ai vécu cette évolution de manière très positive.

Sur le plan personnel : j’ai eu peur par moment de perdre l’esprit familial des débuts, mais Enersol a su se réinventer et mettre en place un certain nombre d’outils et d’activités pour que les interactions avec la direction, les employés et les ouvriers continuent. Nous avons aussi des patrons fort disponibles et à l’écoute.

Sur le plan de l’entrepreneuriat : sortant quasiment des études, ce fut une expérience extrêmement enrichissante. J’ai eu l’opportunité de voir et de participer à des réunions qui ont transformé notre petite barque en un paquebot solide. J’ai également eu la chance d’être aux côtés de nos capitaines quand nous avons dû choisir le cap de l’entreprise, les nouveaux outils et les objectifs à atteindre.

  1. Te souviens-tu de ton entretien d’embauche ?

Je m’en souviens comme si c’était hier. Fraîchement diplômé et motivé à l’idée de travailler pour ENERSOL, je me suis rendu sur place dans l’espoir d’une entrevue. A l’époque, la société occupait encore des bureaux plus restreints situés en vis-à-vis de l’implantation actuelle. C’est Samuel Bragard, le gérant et fondateur d’ENERSOL qui est venu m’ouvrir la porte d’entrée. Il avait alors 24 ans et moi 21. Moi qui m’attendais à être reçu et écouté, j’avoue que je n’ai pas vraiment compris ce qu’il m’arrivait. Samuel était occupé de toute part ! Un gsm à chaque oreille et un troisième dans une main, branché sur haut-parleur. Il communiquait avec trois interlocuteurs à la fois et en plus, il me recevait. Mon cerveau n’a su enregistrer que ces trois mots sur les quelques secondes de notre première rencontre : “CV ici samedi 9h”… L’entretien fut bref mais efficace. Je me représentais donc le samedi suivant pour un entretien plus approfondi qui m’a permis d’intégrer la société.

Comme anecdote, j’évoquerais brièvement mon entretien de la semaine précédente auprès d’une grande entreprise. Après deux heures de discussion et de tests avec une recruteuse tout droit venue de Paris, j’appris que selon elle, je m’étais trompé d’orientation et que je ferais mieux de revoir mes objectifs de vie… Comme quoi, la vie est remplie de surprises et qu’il ne faut pas baisser les bras prématurément !

 

  1. Quel est ton meilleur souvenir chez Enersol ?

C’est difficile de n’en retenir qu’un seul car je passe beaucoup de bons moments dans mon travail. Cependant, je me souviens d’une soirée à Maestricht organisée par le fournisseur LG et passée en compagnie des représentants de la marque, de mes collègues et de mon patron qui restera à tout jamais gravée dans ma mémoire… Cette formation s’est terminée aux petites heures. Je me rappelle qu’à notre retour, Samuel était encore allé préparer les camionnettes avec le matériel de chantier avant d’aller se coucher afin que tout puisse se passer correctement le lendemain matin.
Mes plus grandes fiertés au sein d’Enersol sont d’une part, d’avoir pu convaincre un très grand nombre de clients de nous faire confiance et d’autre part, d’avoir pu compter sur une équipe professionnelle exécutant toujours des installations de qualité et apportant pleine satisfaction aux clients, ce qui pour un vendeur est essentiel. Comme j’aime à le dire : « Je ne dois pas changer de trottoir lorsque je croise un de mes clients ».

  1. Quel est ton plus grand souhait pour les années à venir ?

Par les temps qui courent, garder la santé et prendre soin de ma famille sont les deux choses qui m’importent le plus pour les années à venir.

Merci Sébastien !